Accueil > Articles > Google Sandbox : Éviter le bac à sable

Google Sandbox : Éviter le bac à sable

Première partie Deuxième partie Troisième partie Quatrième partie Cinquième partie
Google Sandbox : Généralités Google Sandbox : Cas précis Google Sandbox : éviter le bac à sable Google Sandbox : Désensablement Google Sandbox : Conclusions

Comment éviter la sandbox?

Selon le point de vue des référenceurs qui pensent que la sandbox est attribuée à tous les nouveaux sites, ce chapitre n’a pas lieu d’être. C’est la raison pour laquelle je recommande ce chapitre à ceux qui pensent que le bac à sable est une pénalité que reçoivent certains sites ainsi que ceux qui veulent tout de même prendre connaissances du second état d’esprit. Soit dit en passant, ce second type d’état d’esprit pense d’une manière générale que les sites qui reçoivent une amélioration trop importante du référencement dans les premiers mois entrent en sandbox.

Méthodes pour éviter le bac à sable

bac à sable (sandpit)

Il existe de nombreux conseils ou recommandations à effectuer pour éviter d’entrer dans la sandbox. Ces recommandations sont également à suivre si vous souhaitez sortir plus rapidement du sable. Voici donc une partie de ces conseils, en espérant que cela soit le plus exhaustif possible:

  • Construire un site avec un contenu unique et original. Et le mieux reste encore de publier du nouveau contenu régulièrement.
  • Créer une bonne hiérarchie des liens à l’intérieur du site.
  • Allez lentement dans l’obtention de vos nouveaux liens. Un ratio de 2 à 4 liens par semaines semble correct. Le but est d’avoir un rythme naturel et surtout « humain » (en comparaison avec les robots des moteurs de recherches qui peuvent obtenir des centaines de liens en peu de temps).
  • Obtenir le plus de liens qui semblent naturels, c’est-à-dire faire en sorte que les liens doivent provenir de pages de mêmes thématiques et doivent être placés au milieu de la page, encerclés par du texte. Il faut faire attention lors des premiers pas du site à ne pas recevoir (trop) de liens en provenance de sites qui ont une thématique totalement différente.
  • Obtenir des liens en sens unique. Si vous faites des échanges de liens, ce sera moins appréciable.
  • Ne pas recevoir de liens en provenance de toutes les pages d’un site. Lorsqu’un site de 2000 pages ajoute un lien vers votre site dans son menu, vous vous retrouvez avec un afflux trop important de nouveaux liens.
  • Obtenir des liens en provenance de sites populaires (fort PageRank) et de confiance (fort TrustRank). Je dirais même plus qu’il faut obtenir des liens en provenance des sites qui sont considérés comme les « références » dans la thématique de votre site.
  • Obtenir des liens avec des ancres de mots-clés différentes. Si les mêmes mots-clés sont utilisés à chaque fois, cela sera détecté comme très suspect.
  • Obtenir plus de liens profonds. Les liens extérieurs ne doivent pas uniquement pointer vers la page d’accueil de votre site.
  • Il faut recevoir des liens en provenance de sites hébergés sur plusieurs hébergeurs différents. En effet, il est possible de savoir où sont hébergés les serveurs des sites et si Google remarque que vous ne recevez que des liens du même hébergeur cela peut être considéré comme une tentative pour gonfler artificiellement votre nombre de liens entrants.
  • Pas de liens (entrants ou sortant) vers des sites blacklistés ou eux-mêmes dans la sandbox.
  • Ne pas abuser de l’optmisation « on-page ». C’est-à-dire qu’il ne faut pas trop sur-optimiser les pages (éviter par exemple de répéter trop souvent les mêmes mots sur vos pages, de trop bien optimiser les balises meta, le titre,...).
  • Ne pas utiliser de logiciel ou script qui permettent de générer du texte automatiquement, car Google est de plus en plus capable de discerner un texte rédigé par un humain et un texte rédigé par un ordinateur. Je dois avouer que d’un côté les textes rédigés par certains scripts deviennent vraiment efficaces.
    Dans le même ordre d’idée il faut penser à relire ses textes pour être sûr que Google ne vous confonde pas avec un logiciel de création de phrases. Ainsi, pensez à ne pas toujours essayer de mettre des mots-clés en avant pour chaque phrase (et pas toujours les mêmes).
  • Lors de soumission dans les annuaires, pensez à faire des titres et descriptions différentes. C’est un jeu d’enfant pour Google de détecter si vous vous êtes contenté de copier/coller le même titre et la même description sur chaque annuaire.
  • Être sûr que le style CSS ne cache pas des textes ou des liens. Contrairement à ce que vous pensez, Google peut facilement deviner si vous avez essayé de tricher de cette manière.
  • Pas trop de liens sortants. Un page qui possède une centaine de liens sortants peut sembler plus que louche aux yeux de Google (et à juste titre).
  • Ne pas utiliser de pages satellites.
  • Une refonte complète d’un site signifie que Google peut s’inquiéter. Et c’est à juste titre, car un spammeur peut très bien acheter un ancien site ou nom de domaine et y placer son site de spam.

Bien entendu ces points sont des hypothèses. Il y en a quelques-uns qui sont sûrement vrais et il y a peut-être quelques points qui se révèlent être des mythes. D’une manière globale, il faut rester naturel pour éviter que Google ne s’inquiète et ne flaire une tentative frauduleuse pour percer dans les résultats de ses recherches.

Il y a également la possibilité que Google analyse certains sites manuellement. On sait en effet que Google a fait des partenariats avec un organisme qui contrôle les sites malveillants et ce dernier fait des analyses manuelles de sites et partage la base de données avec Google. Il est donc envisageable que Google partage sa liste de « nouveaux sites qui ont reçu un grand nombre de liens en peu de temps » et que l’organisme aille en visiter quelque-uns.
Cependant cela reste une hypothèse et il faut bien prendre note qu’analyser manuellellement tous les nouveaux sites suspects est un travail assez impressionnant qui demande trop de temps à des êtres humains.

Penser aux autres sources de visiteurs

L’afflux de visiteurs sur un site, même nouveau, ne se fait pas uniquement grâce au célèbre moteur de recherche Google. Il y a plusieurs moyens pour obtenir des visiteurs (excepté les moteurs de recherche):

  • Recevoir des visiteurs en provenance d’autres sites (grâce aux liens).
  • Recevoir des visiteurs qui ont enregistré le site dans leurs favoris ou qui entrent directement le nom du site dans la barre du navigateur.
  • Recevoir des visiteurs grâce aux flux RSS.
  • Recevoir des visiteurs en provenance de boite e-mails.
  • Faire une campagne publicitaire sur Google Adwords pour apparaitre dans les liens sponsorisés dans les résultats de recherche.

Il ne tient qu’à vous de mettre en place la stratégie de votre choix pour profiter de l’un de ces apports de visiteurs supplémentaires. D’une manière générale je vous recommande de profiter du sandboxage pour essayer de mettre en place une communauté autour de votre site (visiteurs réguliers, etc…).

Combien de temps cela dure?

horloge

La durée d’enlisement peut varier de 1 semaine à un an pour les pires cas. Il y a certains webmasters ou référenceurs qui affirment même que les sites peuvent rester indéfiniment dans le désert de sable. Malgré tout il faut compter un temps moyen de 4 à 8 mois. Mais bien entendu cela dépend des cas et vous pouvez prendre ce temps d’ensablement en mains si vous faites quelques petites améliorations.

Il faut noter que les sites dans le bac à sable reçoivent moins de visites des robots de Google. Lorsque les robots de Google commencent à refaire leurs apparitions sur votre site, c’est que vous êtes sur la bonne voie et que vous sortirez bientôt de la sandbox. Sachant qu’il existe des logiciels qui vous tiennent informés des visites des robots Google, cela peut être un bon indicateur pour savoir à quel moment votre nombre de visiteur en provenance de Google va augmenter.


Télécharger gratuitement l'ebook sur la Google Sandbox

Cet article vous à plu, vous pouvez télécharger gratuitement l'e-book qui résume l'ensemble des article sur la Google Sandbox. Cela permet de comprendre en détail tout ce qu'il faut savoir sur la Google Sandbox:
icône pdf E-book Google Sandbox (format pdf ; 15 pages).

Creative Commons License
Google Sandbox by Tony Archambeau est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas de Modification 2.0 France.
Basé(e) sur une oeuvre à www.infowebmaster.fr.


Article rédigé par Tony_ le 02/04/2009 à 18h59 dans la catégorie "Référencement" du site InfoWebMaster.fr.

Ajouter un commentaire